Souffrance animale – Printemps 2021

Souffrance animale – Printemps 2021

Souffrance animale – Printemps 2021
Petite chronique d’événements marquants rappelant la souffrance animale toujours aussi omniprésente en ce printemps 2021 malgré tous les efforts déployés pour la masquer.

Ces événements ont été largement relayés sur les réseaux sociaux, mais un certain nombre de personnes ne sont pas sur ces réseaux. Et cette actualité de souffrance animale défile vite…

La chasse en enclos infiltrée par One Voice

Les enquêteurs de One Voice ont infiltré le milieu fermé de la chasse en enclos. Leurs images témoignent de la violence qui y règne.

Le principe est simple : clôturer hermétiquement un terrain, y lâcher des animaux, les empêcher de s’échapper, et proposer aux chasseurs de payer pour les tuer à coup sûr.

Ici, les amateurs de trophées sont rois. Ils peuvent laisser libre cours à leurs pulsions, en toute légalité… Leurs victimes terrorisées tentent désespérément de fuir, que ce soit des femelles pleines ou des très jeunes. Une fois le massacre terminé, les pleurs des marcassins orphelins retentissent dans la nuit. Ils mourront d’une lente déshydratation en cherchant leur mère, en vain.

Cette pratique doit disparaître. Merci à vous de faire connaître ces images et la pétition.
#LaChasseUnProblèmeMortel

Une vie de misère pour les poulets à Pihem (62)

Souffrance animale – Printemps 2021 – Avril

La nouvelle enquête révélée ce jour par L214 montre les conditions de vie de plus de 22 000 poulets dans un élevage intensif à Pihem dans le Pas-de-Calais. Les images ont été tournées en mars 2021.
L’exploitant a fait une demande d’extension afin de multiplier par 5 la taille de son élevage pour passer de 150 000 à plus de 800 000 poulets « produits » chaque année. Un projet démesuré, un calvaire pour les animaux, et une aberration économique :

Entassés à 21 par m2 sans jamais sortir, les poulets sont envoyés à l’abattoir entre 35 et 41 jours. Durant leur courte vie, leur alimentation est composée de maïs et de soja OGM et complétée par des antibiotiques (alimentation avant 14 joursaprès 14 jours).
La sélection génétique, couplée à une alimentation destinée à les faire grossir très vite, entraîne de grandes souffrances pour les animaux.

À 15 jours, les images montrent des têtes de poussins sur des corps de poulets. À 30 jours, beaucoup d’entre eux sont fortement boiteux. La litière sale leur brûle la peau et les pattes (pododermatites) et entraîne des problèmes respiratoires. Peinant à se tenir sur leurs pattes, certains ne peuvent même plus atteindre les mangeoires et les abreuvoirs. Ils mourront de faim et de soif.

Ensemble, faisons cesser la souffrance animale !

Autres actualités animalistes à découvrir sur ce blog Animaux / Politique – Printemps 2021

Haut de page

Laisser un commentaire